Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 08:11
Un grand homme.
A vrai dire, au début, je ne l'aimais pas du tout.
Ses manières accentuées m'agaçaient.
Je n'avais jamais cherché à entrer dans ses textes, dans ce qu'il exprimait, dans son amour du jazz.

Et puis, il y a une dizaine d'années, son concert à Toulouse fut retransmis en direct à la radio.
Ayant un fan à la maison, je m'arrêtai à une cabine ( pas de portable, ni à cette époque, ni aujourd'hui...), et je prévins : "Allume (je crois que c'était France Inter), Nougaro est en direct de Toulouse, et ça a déjà commencé !"
Je me souviens encore de la cabine. A Fleury, tout près de notre ancienne maison.
Après ça, j'avais quand même 1h15 de route avant de rentrer chez nous.
Et j'ai laissé la radio...
...
Je me suis laissée avoir.
Laissée happée par Toulouse, par Cécile, par sa voix.
Et voilà que quelques larmes coulent, même, à l'entendre ! Toute seule, dans ma voiture, sur la N 60, je pleure sur du Nougaro !! On aura tout vu... Mais qu'est-ce qui m'arrive ?
Ce concert, enregistré, donnera "Hombre et lumière", album de 98.



Je ne l'ai plus lâché.
J'ai écouté ses disques attentivement, j'ai cherché à comprendre sa démarche... J'ai écouté les morceaux originaux de Jazz qu'il avait adaptés.
Et puis, deux ans plus tard, il a sorti "Embarquement immédiat" (sept 2000).



Au lieu de son habituel accolyte Maurice Wander, il se faisait accompagner, arranger, par Yvan Cassar.
Magnifique.
Un album qui me correspondait totalement.
Nous sommes bien sûr allés le voir en concert au Zénith d'Orléans.
Jamais je n'avais écouté de concert aussi soigné, on entendait distinctement chaque instrument. La balance était vraiment excellente.
Nous avons discuté longuement, avec des amis, à la sortie. Nous avons donc eu la chance de voir Claude Nougaro et sa femme partir en voiture, longtemps après la bataille.
Je me suis contentée de lui faire une révérence.
Je ne voulais pas l'ennuyer. Juste lui signifier mon plus grand respect.

Et puis...
il est mort.
Le même jour, j'ai appris que j'attendais un enfant, et que lui, il était parti.
J'étais au volant, dans le Var, quand l'annonce fut faite à la radio.
Je me suis arrêtée sur un parking, et j'ai pleuré. Longtemps.

La sortie de son album posthume "La note bleue", sur le label Blue Note, dont il rêvait depuis toujours, fut plus une souffrance pour moi qu'autre chose.
Quel transfert avais-je fait ?
Avec le recul, je comprends mieux.
Nougaro était un vieux monsieur, et je le savais. Or, je me suis attachée à sa voix au moment de la mort de mon grand-père... Je me retrouvais avec un deuxième deuil, en fait.
Alors même que je ne lui avais jamais parlé.

J'ai très peu écouté "La note bleue". J'ai très peu réécouté "Embarquement immédiat".
C'est encore trop dur.
Mais à ouvrir un blog, et à modestement vous faire écouter du jazz avec Miles Davis, j'ai naturellement pensé à Claude Nougaro.
Ce blog n'est pas un blog musical.
C'est juste un reflet de moi-même.
Et Nougaro fait partie de ma vie.

Je voudrais écrire, Claude Nougaro


(Nougaro a écrit ce texte à l'automne 2003, alors que de fortes inondations touchaient le Sud de la France)
















Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Musique !
commenter cet article

commentaires

Fansolo 01/11/2008 09:50

'Tain Polyborus, t'as pas le droit de nous tirer les larmes comme ça !!
Snif...

BCT 31/10/2008 20:32

C'est exactement ça JPM. Retrouver quelque chose.
Dans mes nombreux séjours à l'étranger deux chansons m'ont accompagné : "Le sud" et, comme par hasard, "Toulouse"....Je passe sur les autres.
Il y en a une qui me faisait tordre de rire "Et Jojo au projo".
En fait l'expatrié que je suis a toujours eu dans sa poche la petite pierre qui me rappelle la midi...mais je ne suis sûrement pas le seul.

jean paul morat 31/10/2008 11:18

Très émouvant ce texte...Oui il y a des rencontres comme cela entre personnes qui ne se sont par ailleurs jamais parlées....Mais ce qui est très beau, c'est l'exactitude avec laquelle tu l'exprimes...Ce n'était pas forcément lui...ce n'était pas forcément toi, mais beaucoup ont du retrouver quelques morceaux de leur histoire dans la tienne....Merci pour tout celac