Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 21:25

Ouh ! Que j'ai eu du mal à l'écrire, cet article !!


Robert et Lydia ? ... Deux clefs. ...  :-)

"On dirait du veau !" disait le premier pour me faire enrager, les yeux pétillants de malice, dès que nous mangions quelque chose de bon... même un dessert !
Je suis en train de perdre sa voix.
Cela fait 10 ans.
J'aurais voulu qu'il soit chanteur. Il me resterait des enregistrements.
J'aurais voulu des films, même si je sais qu'ils auraient figé ses gestes tels quels dans ma mémoire.
A son souvenir s'attache le mot Polaroïd : Il était si fier du sien ! Il nous bombardait. Photos un peu trop rouges, photos ratées ou réussies... La pellicule devait  lui coûter cher. Et il n'avait pas beaucoup de sous...

Vous savez quoi ? Je ne suis même pas arrivée à l'heure à la cérémonie. C'était loin, c'était dans sa ville, que je connais mal. Plein de sens uniques, un plan trop ancien, personne pour nous guider, et, bien sûr, pas de portable. A mon arrivée, les yeux de mon oncle... ! Je les vois encore.
J'ai eu le droit d'entrer dans la salle. J'ai eu le droit de pleurer, sur le banc, tout ce que je pouvais, du chagrin de le savoir parti, comme du chagrin de ne pas lui avoir dit au revoir en même temps que les autres.

J'ai des souvenirs si intenses de ses yeux rieurs quand il nous regardait, de son visage...
Si intense aussi son regard à l'hôpital : "J'en ai assez, tu sais. Ca fait trop mal. Revenir ici tous les 6 mois, c'est trop dur."
Il adorait la mer, les bateaux... et sa famille. Sa femme, l'Amour de sa vie. Ses enfants, sa fierté, même dans les moments les plus difficiles. Je le revois encore me dire : "C'est mon fils. Peu importe ce qu'il a fait. Je ne le laisserai jamais. Je vais l'aider à tenir." Et il avait raison. Cent mille fois raison.

Pour Robert, donc :

 

The Rolling Stones, Paint it black
 

Et Lydia. Il l'appelait Lydia. (Là ! Stop ! Je l'entends l'appeler. J'entends sa voix feutrée... ! Non, elle est déjà partie. Je la perds, je vous dis...)

Lydia avait la peau douce, et elle était belle... Je ne m'en suis rendue compte que sur la fin, alors qu'elle avait décidé d'arrêter de se battre et que cela s'est vu sur son visage. Avant, je ne me posais pas la question. Elle a vieilli d'un coup. Elle faisait son âge pourtant. Mais elle ne ressemblait pas vraiment à une vieille femme. (Comment dire ?)
...
Elle a tenu bon jusqu'au lendemain de noël. Le jour de ma fête.

J'ai honte de l'établissement où elle a vécu les derniers mois, en dehors de l'hôpital.
Et pourtant, c'était le mieux... parmi ceux qui étaient accessibles financièrement.
La dernière fois que je l'ai vue là-bas, elle a chanté, pourtant...


C'est vrai, de Jeanne Bourgeois, dite Mistinguett

...
Pourquoi est-ce que c'est si important pour moi de poster ça, aujourd'hui ?
Alors que je ne crois pas à toutes ces dates "obligatoires" ?
Ne cherchez pas à comprendre.
On est dans un grand gloubiboulga...

La vie est belle, même si elle fait mal. Elle nous permet de faire des rencontres extraordinaires, de côtoyer des gens qui nous font grandir, mûrir. Qui sèment dans notre coeur des graines d'amour qui ne font pas des bébés, mais qui nous aident très certainement à devenir de meilleurs parents... entre autres.

 

Tour of duty

 

A écouter aussi : The end, des Doors

 

ou encore :

 

. A Robert et Lydia : merci, pour TOUT.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires