Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 21:35
Deux personnalités politiques de gauche se sont lancées dans la "nouveauté", espérant sans doute insuffler un vent de réaction dans notre France, endormie... que dis-je, assommée par les mesures gouvernementales depuis quelques années. Une équation qui pourrait se résumer à Réaction = zéro, ou presque.
Effectivement, les mesures, les "réformes nécessaires", les coups de karcher, tout y passe, et on est bien partis pour le pire.
Pourtant, que dit le peuple français, de façon générale ? Rien. Nada. Nothing.
Laissez-nous mourir en paix.

Alors que chaque semaine (voire certaines semaines, chaque jour) nous aurions de quoi descendre dans la rue, exprimer notre colère, clamer notre désaccord, affirmer qu'il suffit de nous prendre pour des moutons, ... rien.
Oh ! Bien sûr, quelques-uns, de-ci de-là, osent ouvrir la bouche, approcher le clavier, se rebeller.
Mais si peu... Très largement insuffisant pour espérer changer le cours des choses. Et notre gouvernement le sait... Niark niark niark, fait le petit patron, en se frottant les mains.

Dans ce contexte un peu étrange, la gauche et le centre cherchent une solution, un cri de ralliement qui pourrait interpeller le plus grand nombre, de façon à peser réellement sur la balance.

Bayrou a créé le Modem. Mais les militants n'étant pas tous égaux dans leur quête du pouvoir, le navire tangue, le capitaine est bien seul, et il a le dos qui pique... Trop de manoeuvres, trop de coups bas, trop de trahisons. La nécessaire liberté de penser qu'il souhaitait laisser à ses militants lui revient comme un boomerang bien chargé.

Les Verts ? Ben, on ne sait pas. Est-ce que les médias les oublient ou est-ce qu'ils se sont assoupis ? Pas de nouvelles en tout cas. Pas de quoi réveiller les comateux.

Le PS ? Le PS croit en la démocratie, et organise la réflexion, derrière les idées et la personnalité de grandes figures connues. Résultat : ils ont tous si bien bossé que pas grand chose ne se détache au niveau national. En gros, chez les socialistes, on cherche, mais on n'a pas encore trouvé Obama dans les cartons.

Besancenot ? L'un des deux qui a envie de secouer le cocotier par la nouveauté. Il veut tendre la main vers les déçus du socialisme, vers les syndicalistes, vers les radicaux de gauche, et il crée un nouveau parti anti-capitaliste...

Pendant ce temps, Mélenchon, grande bouche, et qui n'hésite pas à l'ouvrir, croit à une gauche plus radicale, et ne supporte pas l'alliance avec le Modem, pas plus que l'acceptation du capitalisme. Le résultat des votes sur les différentes motions du PS lui restent en travers de la gorge, estimant que les socialistes les plus à gauche ne seront pas en nombre suffisant pour influer sur la direction prise par le PS dans les mois qui viennent.

C'est donc tout naturellement qu'on le verrait adhérer au nouveau parti de Besancenot ?
Non-non. Mieux ! Il crée un nouveau parti lui aussi, et lui aussi ouvert aux radicaux de gauche, lui aussi contre le capitalisme... et intéressé par des alliances avec le nouveau parti de Besancenot.
(Ah oui, je ne vous ai pas dit le nom des deux nouveaux partis, mais c'est normal, ils n'en ont pas encore. C'est que trouver un nom, c'est tout un programme... !)

Un peu compliqué tout ça ?
Non.
Pas vraiment.
Quel est le point commun entre le Modem, les 'promoteurs' de motions du PS, le nouveau parti de Besancenot et celui de Mélanchon ?

Chacun croit très fort en ses idées.
Chacun croit très fort en SA solution.
Et chacun souhaite conserver son petit bout de couverture.
En attendant ?
La France a froid, messieurs-dames.
Va falloir penser à allumer le chauffage.





Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Jean du MoDem 11/11/2008 21:16

"Pour les "Verts", je dois dire que la démarche des "Verts Européens" me plait beaucoup. Eva Joly et Cohn Bendit, quel casting ! Je leur souhaite de réussir."
Eva Joly jouit d'un privilège rare en politique : elle peut changer de parti sans changer d'idées ! À vérifier, la politique rattrape généralement les soit disant membres de la société civile.

"Quel est le point commun entre le Modem, les 'promoteurs' de motions du PS, le nouveau parti de Besancenot et celui de Mélanchon ?
Chacun croit très fort en ses idées.
Chacun croit très fort en SA solution."
Heureusement.

Fansolo 11/11/2008 01:41

Bien vue la ressemblance... y compris physiquement...
A croire que vous avez utilisé un logiciel de vieillissement...

mOOn 10/11/2008 12:29

Mélanchon, nouveau Chevènement ???

BCT 10/11/2008 09:51

C'est vrai que "vu de l'extérieur", comme dit Miguel, le PS cela semble terriblement lent, fastidieux, étrange et aussi parfois rigolo mais aussi décevant.
Mais, il faut bien reconnaître que :
- la lenteur induite par les statuts du PS, permettent à la démocratie de s'exprimer. Si ce travail se fait il y aura clarification sur pas mal de sujets. Les militants comme les citoyens demandent que le PS s'exprime d'une même voix sur des sujets comme les retraites, l'Europe,...,
- qu'il y aura toujours des gens, j'en suis, impatients d'en découdre. Mélanchon en fait parti. C'est tout à son honneur. Il sait comme toi les urgences de la société et les destructions systématiques et appliquées qui se déroulent devant nos yeux endormis,
- que nous ne pouvons pas gagner tout seul. Gagner quoi ? Les présidentielles bien sûr ! car le compteur électif tourne très vite. Sarkosy l'a compris et nous avons quelque peu du mal à suivre mais ce n'est pas lui qui fixe le rythme de nos réflexions et de nos réactions...il aimerait tant. Gagner tout seul est impossible. Il faut des ralliements. Je dis bien des ralliements ! et non des alliances. Ceux qui veulent se rallier au PS doivent le faire en acceptant notre projet et nos valeurs. Alors toutes les discussions sur ce pauvre MoDem et les intentions ou les dérives à droite du PS me font doucement sourire. Besancenot et Mélanchon se trompent, le PS est bien à gauche et lui faire des procès d'intention est court et dénote seulement une envie d'aller plus vite et c'est là que mon sourire s'efface car il y a une réalité tragique dans cette société. Pour gagner et gouverner il faut élargir la base c'est à dire permettre à ceux qui partagent nos valeurs de justice sociale de soutenir un parti de gouvernement, d'alternance. Après....
- Mélanchon veut gouverner, changer les choses. Besancenot ne veut pas. Il veut rester dans son rôle. Gouverner avec les socialistes le disqualifierait (c'est lui qui le pense...?).
J'ai enfin envie de dire que quand on veut noyer son chien on dit qu'il a la rage.
Le temps est le maître mot.

Pour les "Verts", je dois dire que la démarche des "Verts Européens" me plait beaucoup. Eva Joly et Cohn Bendit, quel casting ! Je leur souhaite de réussir.