Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 17:47
Il y a des moments où on aurait envie de tout laisser tomber.
Où on comprendrait presque ceux qui l'ont déjà fait.
Parce qu'au fond, quel pouvoir on a, chacun dans notre coin ?
C'est ce que j'ai ressenti très très fort aujourd'hui.
Après plusieurs jours en vrac, malade, fiévreuse, mal partout, entretenue par les médocs, incapable de manger...
Je demande à un proche enseignant des nouvelles du rassemblement de cet après-midi sur le parvis de la cathédrale, pour défendre l'école publique.
Selon moi, tout le monde doit y aller : les enseignants, les étudiants, les lycéens, les parents...
ça peut faire du monde !
Réponse : "Ah mais c'est vrai ça ! Ben... je sais pas. Je n'en ai pas entendu parler."
...
Comme tous en ce moment, cet enseignant court partout. Préparatifs plusieurs soirs par semaine pour tel ou tel spectacle, au boulot, ou pour une asso. En gros, il représente ce que j'appelle les braves, au sens d'altruistes, serviables. Toujours prêt à rendre service et à s'investir pour les autres.
Dans le reste de la société, beaucoup de gens sont à son image : ils courent, un peu partout, pour vaquer à leurs occupations de toutes sortes, qu'ils soient parents de jeunes enfants ou de moins jeunes, qu'ils soient citoyens intéressés par la culture, engagés dans des associations, en recherche de développement personnel, que sais-je...
Bref, on court tous, n'est-ce pas ?
...
J'ai mal pris la réponse que m'a donné l'enseignant en question.
Pas contre lui. Pas contre ses collègues.
Je suis juste... désespérée.

Désespérée parce que, à bien y réfléchir, c'est aux syndicats et aux fédérations de mobiliser les gens.
C'est donc à eux de faire venir l'information jusqu'à vous, citoyens.
Je me suis promenée sur internet : quelle galère pour avoir une bribe d'info sur ce rassemblement !
Je n'ai vu aucun affichage dans les rues ou près des établissements scolaires.
En bref : quelques initiés savaient. Et les autres ???

Eh bien, si on émet l'hypothèse que sur les quelques initiés, seuls quelques uns, encore moins nombreux donc, ont pu se libérer pour se rendre à ce rassemblement... ça donne... ? Un bide total.

Je ne sais pas si rassemblement il y a eu.
Je sais juste que, partie aussi vite que j'ai pu de chez moi, après avoir lutté pour me lever, alors que je dormais, je suis arrivée en retard à la cathédrale. De 15 min. Personne.
Personne. Personne. Personne.
Combien étaient-ils à l'heure dite ? Ca m'intéresserait de le savoir, si l'un des lecteurs a l'info... je prends.
Si ça se trouve ils étaient 4 et sont allés prendre un thé ou un café à Autour de la Terre. C'est tout le bien que je leur souhaite !!

Moralité :
Ce midi je disais : tout le monde s'en fout.
Ce soir je dis : non, tout le monde ne s'en fout pas, sûrement, mais... où sont les mobilisateurs ?

Le pire, c'est que j'en connais certains, mais qui habitent loin, et qui ont dû remuer le cocotier du côté de chez eux.
Mais la majorité d'entre eux bouge-t-elle ?
Et surtout, COMMENT bouge-t-elle ?
COMMENT les forces d'opposition de ce pays bougent-elles
face au rouleau compresseur qui nous roule dessus ?
La France entière n'est pas à l'image d'Orléans.
Selon France Info, au moins 60 villes ont bougé aujourd'hui. 60.
Et le gouvernement, pourtant, reste droit dans ses bottes.

Ne serait-il pas temps qu'on se pose la question de la communication des infos ?
Dire qu'on résiste, et qu'on fait un rassemblement, c'est très bien.
Communiquer pour qu'il y vienne le maximum de monde, c'est mieux.
Parce que si on part perdant, on n'est pas près de la gagner, la bataille...

Je sais, je l'ai déjà mise, cette chanson... Mais c'est celle que je trouve la plus adaptée... :-p

Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Miguel 12/12/2008 19:21

Bon ben tout va bien alors...

ne changeons rien !

Polikarpov 12/12/2008 09:54

Il fallait que cela sorte.
Cette sensation de ras le bol et d'inertie générale se télescopent aujourd'hui.
Notre démocratie est une vieille démocratie et c'est un vieux diesel. Je la respecte parce qu'elle s'est fondée sur des années de combat pour la liberté, toute forme de liberté et aujourd'hui "les libertés" sont mises à mal. Il faut le dire et il faut manifester car c'est tout ce qui nous reste. C'est LE moyen démocratique qui nous reste en dehors de la démocratie parlementaire, des conseils municipaux, des associations, .....
Comme le blogs, il faut user de la manifestation.
J'en parle ici :
http://polikarpov.over-blog.com/article-25715860.html
Pardon d'user de ton blog. Ce n'est pas de la pub mais je rappelle un peu la loi et cite quelques autres petites évidences et questions.

Steph / Polyborus Plancus 12/12/2008 00:44

Je voulais vous dire... à tous :
Vous savez, j'ai écrit cet article à chaud. Spontanément. Je ne savais pas trop si je n'allais pas me faire enguirlander par untel ou untel, mais je m'en moquais bien. J'étais prête à discuter.
Là, je me dis : c'est bien. Sur cet article, on n'est pas tous vraiment d'accord, on n'a pas tous les mêmes ressentis ou les mêmes colères, mais on en discute. Peu importe le nombre de commentaires, ce n'est pas ce qui compte... mais la teneur des propos, ça, oui... Or, on est vraiment dans le débat, là. Ca me fait chaud au coeur !

jm 11/12/2008 23:57

C'est tout mimi ce que tu écris Bernard :), c'est du Zeymour mais à l'envers ! j'aime.

Bernard Bonnejean 11/12/2008 22:00

Steph, Circé,

Officiellement, ce soir, je me mets sous votre protection. La virilité a changé de côté, il est temps qu'on s'en rende compte. J'en ai marre aussi, mais alors à un point, si vous saviez. Moi, si j'étais Orléanais, je serai stéphien-circéiste.

Non, mais, pauvres hommes, regardez de près vos arguments POUR NE RIEN FAIRE !!! La grève ? Ben oui, vous comprenez, mais ça peut gêner. Il y en a même un qui, je cite de mémoire, "cherche un moyen d'action plus efficace" sans doute pour ne pas gêner ni les enseignants, ni les parents d'élèves, ni les élèves, ni l'inspection académique, ni le rectorat d'académie, ni Darkos, ni ses petites habitudes, mais son porte-monnaie...

Oui, j'en ai marre, et je reprends la liste de Steph, presque mot pour mot :

- les franchises médicales, ça n'a pas l'air, mais c'est grave [surtout quand pour seule ressource, vous n'avez qu'une invalidité].
- les atteintes à la liberté d'expression, ça n'a pas l'air, mais c'est grave [surtout quand c'est fait hypocritement par le parti en surnombre QUEL QU'IL SOIT].
- mettre les gens à la retraite à 70 ans, ça n'a pas l'air, mais c'est grave (des études montrent qu'un cadre qui prend sa retraite à 65 ans n'a plus que 2 ou 3 ans à vivre en moyenne, contre 15 s'il la prend à 60.) [Moi, qui vous parle, après 30 ans d'enseignement à un haut niveau (docteur agrégé de l'Université), je serais absolument incapable de faire un cours convenable après 60 ans]
- casser l'école publique pour mieux la privatiser, ça ne se voit pas, mais c'est grave [D'accord à 100% et pourtant j'étais dans l'enseignement privé sous contrat d'association].
- rendre l'accès aux soins soumis à des papiers, ou un portefeuille garni, ce n'est grave que pour ceux qui sont dans la merde... donc c'est grave [sans compter que certains médecins refusent les RMU !!!].
- humilier les gens (hors la loi ou non) sous prétexte qu'on fait partie des forces de l'ordre, c'est grave [surtout quand il s'agit de gosses qui forcément s'en souviendront toute leur vie].
- ficher les gens sous prétexte qu'ils s'expriment, mettre les enfants en prison, c'est grave [44 fichiers de police recensés aujourd'hui et une femme enceinte, bientôt parturiente, qui a osé proposé l'emprisonnement d'un enfant de 12 ans qui pourrait bientôt être le sien].
- tout faire pour que, finalement, les lois protégeant certains ne servent à rien.

Merci Steph, merci Circé. Permettez-moi de vous admirer, à défaut de ne pouvoir vous soutenir que de loin. Si un jour on vous propose de monter en grade dans la profession que vous occupez, n'oubliez pas qu'il y a dans un département qui n'est pas le vôtre un type qui ne vous pardonnerait aucune trahison, même pour raison d'Etat, même pour raisons stratégiques d'élections locales ou syndicales.