Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 20:50
Loin des yeux, loin du coeur, telle doit être la (nouvelle ?) devise de notre président.

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de le satifaire.

En visite à St Lô le 12 janvier 2009, il devait présenter ses voeux au monde de l'Education.

En ces temps de réforme des lycées très décriée, d'universitaires et de chercheurs atterrés par le peu de cas qu'on fait de l'avenir de notre pays, d'école primaire effarée par le contenu des nouveaux programmes, les nouveaux rythmes scolaires ou encore les suppressions des aides aux enfants en difficulté...
Ah oui, il était évident que le terrain serait "miné".

En effet, allez trouver, vous, des enseignants qui acceptent de jouer le jeu et de faire bonne figure dans la salle... Bon. Une fois que vous avez trouvé les traîtres, pensez à en réserver une vingtaine pour serrer la main du prince lorsqu'il sortira de son véhicule, pseudo bain de "foule" oblige.

Ensuite, pensez aux mécontents... Il faudra les tenir à l'écart. Le discours aura donc lieu dans une salle et non en extérieur, et les manifestants seront bien entendu suffisamment loin du bâtiment.

Sauf que...
A St Lô, on n'avait pas vu ça depuis plus de 20 ans.
3000 manifestants, qu'ils étaient.
Des enseignants surtout, des lycéens, et des citoyens se sentant concernés.
Comme on ne les écoutait pas depuis des mois, et que le grand responsable se tenait éloigné... ils ont eu envie de se faire entendre quand même.
Ils ont donc fait le plus de bruit possible pendant que sa Seigneurie prononçait son discours.

Eh !
On est là, et on n'est pas d'accord du tout avec ce que tu fais de notre pays !
Côa ??? Il les a entendus ??!
Côa ?? Ca l'a gêné ??

Ben oui, c'était le but, et c'est ça, la démocratie.
Quand on tape sur les gosses, faut pas s'étonner que les adultes grognent !!

Sauf que sa Nationale Seigneurie ne voyait pas les choses sous cet angle.
Le peuple, très peu pour lui...
Il avance, droit comme un i, un peu trempé tout de même (les manifestants l'ont visiblement fait suer !) et... il se fâche rouge.
Comme la reine dans Alice aux Pays des Merveilles : "Qu'on leur coupe la tête !"
Têtes coupées, elles furent.
Préfet viré, placardisé.
Directeur de la police muté dare dare.
Tout ça pour quoi ? Pour avoir osé laisser un brin de liberté de parole aux manifestants.

A gauche bien sûr, mais à droite aussi, on s'insurge.
Les syndicats de police ont déjà prévenu leurs agents de se méfier à l'avenir.

Notre président n'est pas Obama : Lui avait eu droit à deux millions de personnes pour l'acclamer à Washington lors de son investiture.
Jaloux, notre petit Seigneur en rêvait ?
On l'a fait : 2 millions et demi de personnes jeudi, pour lui signifier notre désaccord.

Une seule erreur.
Majeure.
On n'était pas sous ses fenêtres.

Et... loin des yeux... loin du coeur.



En savoir plus :
Article de Libération.fr sur le sujet
Autre article de Libé : "Ils ont eux aussi été virés par Sarkozy"



Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Fansolo 01/02/2009 15:13

Il a pas fini de virer des préfets quand la foule est mécontente... Il ferait mieux de s'attacher à lui redonner espoir et le sourire...

BCT 01/02/2009 08:35

"Ben oui, c'était le but, et c'est ça, la démocratie."
C'est ce qu'il faut rappeler car trop souvent on nous ressasse que c'est de la politique politicienne.
C'est de bonne guerre mais là le biquet, les biquets devront faire avec...La démocratie ne s'arrête pas aux élections, blanc seing de quelques années pour faire n'importe quoi.

Laudes 01/02/2009 06:36

Et voilà pourquoi vous aurez du mal à voir un président de la République aux fêtes de Jeanne d'Arc avant un bout de temps...

A moins d'un dernier semblant de courtoisie, et que la magie de la trève du 8 mai opère.

On a bien vu Madame Rachida Dati très accessible l'année dernière au cours de sa petite escapade du matin rue Jeanne d'Arc. L'infusion prise au soleil de la terrasse de la Chancellerie... Monsieur le préfet a eu des sueurs chaudes. (du genre : "Liliane fait les valises, on reçoit une ministre").

Il avait eu droit aussi à la visite en décembre du candidat Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, qui se faisait présenter sur la place du Martroi le dernier modèle de véhicule de police.

Quelques manifestants maintenus à une vingtaine de mètres, et un bouclier humain de journalistes, caméramens, élus, agents du service de sécurité, et quelques illustres inconnus.

http://www.jourdan.ens.fr/~mariot/hopfichiers/PDF/circulaire%201935.pdf

"Annexe. [...] Se préoccuper des fenêtres louées sur les itinéraires. [...] Manifestations politiques. S’enquérir des manifestations politiques ou autres qui pourraient avoir lieu sur le passage du président de la République. En rendre compte dans le plus bref délai afin que les services locaux puissent prendre des mesures pour les empêcher ou en supprimer l’effet. [...] Interdire le jet de confettis, serpentins et bouquets sur le passage du cortège [...] S’assurer de la solidité des arcs de triomphe, mâts, installations d’illuminations, pavoisements, décorations ... etc. ».

Cela ne date pas d'hier, c'est de 1935.