Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 21:06
Tout va bien, dit-on à l'Elysée. La mobilisation de jeudi 29/01/09 serait même "en dessous des prévisions"...
Sauf qu'à partir de ce lundi 2 février 2009, les syndicats se réunissent pour décider des suites...
et que, pour commencer, nombre d'universités et de laboratoires de recherche sont en GREVE TOTALE ET ILLIMITEE.

Le gouvernement, droit dans ses bottes, considère que les réformes doivent être poursuivies, malgré les difficultés.
Ce qu'il ne comprend pas, c'est que pour réformer, il faut aussi s'informer.
Car qui mieux que le personnel du terrain sait ce qui est bon pour le terrain ?
Comment un bureaucrate dégagé de la réalité peut-il connaître et comprendre seul, les besoins et les changements nécessaires ?

A y regarder de près, on ne trouve que des inquiets :

Les démantèlements d'administrations, pourquoi pas ? Mais de façon précipitée, sans concertation avec les services, ça donne quoi ? Des gens déplacés, qui se retrouvent dans des locaux où ils n'ont pas de bureau, où leurs missions sont noyées et transformées sans formation ni information. Jetez un oeil du côté du Pôle Emploi, mais aussi de FranceAgriMer, de la Maison Départementale de la Personne Handicapée, des tribunaux, etc etc...

La gestion au plus bas prix des hôpitaux, ça donne quoi ? Des lits fermés, des patients qu'on ne prend plus en charge (ou plus à temps) des soignants débordés qui finissent par faire des erreurs, des infirmières qu'on change de service, et qui, en regardant leur planning, apprennent la veille pour le lendemain qu'elles vont se faire x jours aux soins paliatifs, alors qu'elles n'y connaissent rien... (pourtant, il faudra gérer), etc etc...

La réforme de l'école sans concertation avec le terrain ça donne quoi ? Des programmes scolaires pondus par on ne sait même pas qui, récusés par tous les scientifiques, chercheurs et pédagogues. Des rythmes scolaires imposés à contresens des capacités des enfants. Des postes supprimés alors même qu'ils assuraient l'aide aux minots en difficulté. Plus de programme, moins de temps. Quelle logique ! On se croirait dans une usine à chaussures...
Quant à la formation des enseignants... alors même que tous demandaient à l'améliorer (!) on la casse et on met de côté la pédagogie pour se concentrer uniquement sur le savoir... Est-ce que parce qu'on sait lire on sait aussi apprendre à lire à 25 mômes en même temps ???

Je ne vous ferai pas la liste des réformes effectuées à la va-vite, en dépit du bon sens, il y en aurait trop. (Vous pouvez toujours cliquer ici pour vous redonner une idée.)
C'est que M. Sarkozy n'a pas tout compris. Il pense que l'argent est la clef du problème, alors que le portefeuille ne peut pas tout régenter. Agir pour le bien des services, oui, mais agir coûte que coûte même si cela doit faire mourir les services, non.
Ce qui se passe actuellement, en plus de poser de graves questions sur la liberté et la démocratie, nous mène droit à la catastrophe.

Jeudi 29 janvier 2009, entre 1 et 2 millions et demi de personnes, du public ET DU PRIVE ont battu le pavé.
Des syndicats n'appelant que très rarement à la grève ont encouragé les personnels à cesser le travail et à manifester.
Et ils sont fort nombreux à avoir répondu présent.
Ces citoyens, comme beaucoup d'autres qui ne pouvaient pas se rendre aux manifestations, sont inquiets pour l'avenir. Inquiets parce que le gouvernement qui est sensé les représenter et les protéger ne s'occupe pas du bien de son peuple.

C'est pourquoi
à partir de ce lundi 2 février 2009,
les syndicats de tous bords se réunissent
pour discuter des suites de ce mouvement de protestation.

Et que pour commencer,
l'université et les laboratoires entrent en grève totale, reconductible, et illimitée,
jusqu'au retrait des réformes absurdes les concernant,
et jusqu'à la mise en place d'une CONCERTATION
pour envisager d'autres réformes en accord avec les besoins du terrain.

Des réformes, oui. Mais pour le bien du peuple. Pas en dépit du bon sens.
  

Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Politique
commenter cet article

commentaires