Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 21:09
Texte de Mouloud Akkouche, daté du 1er septembre 2009 (d'où mention des "48h").



Ecole, fidèle au poste, elle ne nous laisse pas tomber


Son agonie dure depuis de longues années. De temps à autre, un homme soi-disant du métier se penche à son chevet et on observe alors une rémission. Pas longtemps. Effectivement, elle n'est plus vraiment attirante, toujours à se plaindre des mêmes maux. Pas très glamour comme attitude. Pourtant, elle a été solide et pleine d'avenir, le regard sûr et la main solide, aidant la plupart d'entre nous à se construire. Pas bégueule, elle ne faisait aucun distinguo entre le voyou en blouson noir et le fils du notaire en Loden. Un temps pas vraiment si éloigné que ça.
Et dans à peine 48 heures, télé et radios avides de folklore fédérateur et de marronniers, se rappelleront de son existence. Juste une fois par an.
Aujourd'hui, on ne voit que ses défauts. Un grand nombre de citoyens l'évitent, changent même de quartier pour ne pas la croiser. Et de plus en plus seule, abandonnée derrière ses murs, elle se ronge les sangs et se rabougrit.
Bien sûr, elle n'est pas parfaite, lourde et lente, mais il suffirait d'un peu plus d'attention pour qu'elle relève la tête et retrouve l'énergie.
Nous avons une sacrée ardoise sur son compte public Prévert écrivait (citation de mémoire) : « On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait en claquant la porte ».

Depuis plus d'une vingtaine d'années, tout le monde -sauf des irréductibles qui ont de la mémoire- lui claque la porte au nez. Plus bonne à rien. Inventant des stratagèmes, les plus forts et -ou- malins se débrouillent pour se passer d'elle. Sans doute aurais-je fait la même chose dans certaines conditions…

Toutefois, parmi ceux qui détournent le regard, un grand nombre ont encore un grand respect pour cette jeune fille souvent abandonnée sur les trottoirs de nos villes et campagnes. Mais ils ne se sentent pas d'attaque à lui venir en aide, peut-être aussi par trouille d'être considérés comme des ringards dégoulinant de bons sentiments.
Pourtant, gosses de prolos ou pas, nous avons une sacrée ardoise sur son compte public. Et pas mal de premiers émois amoureux ont vu le jour entre ses murs.
Même parmi ceux qui, les coudes vissés sur des maroquins, passent leur temps à la dégommer car elle coûte plus cher que nos amis les traders.
Plus cher que les déplacements de notre président de la République ou les remboursements à son ami Bernard Tapie ?
Je ne suis pas économiste, je n'ai pas les chiffres mais un homme de l'Art pourrait peut-être nous éclairer. Bref, même si elle est flétrie et épuisée par les coupes sombres, elle nous a nourri très longtemps. Et d'ailleurs, depuis sa perte d'influence, plein de choses se cassent la gueule autour d'elle -à quand la prochaine « révolte » des banlieues ? Fidèle au poste, elle débute son marathon dans 48 heures.

Heureusement, des fêlés reviennent chaque début septembre pour un marathon annuel et continuent de porter ses couleurs. Combien de temps encore ? Pas une rentrée sans penser à elle comme à une lointaine cousine dont on se souvient une fois par an. Que devient elle ? Va-t-elle mieux ? Faudrait peut-être prendre de ses nouvelles ?
Trop occupés, on ne le fait pas.
Et après chaque retour de vacances, sans doute trop sensible au promesses de nos comédiens en voitures de fonctions, elle espère et, très vite, replonge dans une profonde déception. Elle n'intéresse plus ceux -élus ou pas- qui pourraient au moins lui remonter le moral. Pas assez rentable et vieillotte au regard de la conjoncture internationale, la péréquation, le système macroéconomique mondial…. etc. Des formules balancées pour qu'elle relativise ses soucis et évite de se plaindre. Un peu de dignité tout de même ! Bref, une pauvre idiote dépassée par les événements, une assistée détonnant parmi les couverts des ministères, comme dans « La fêlure » de Fitzgerald. D'années en années, on lui coupe les vivres et on aimerait qu'elle soit aussi performante qu'avant.
Et sexy.

Comment faire autant de travail qu'il y a trente ans avec moins de budget et de considération.

Et avec plus de concurrents directs -parfois des associés- que sont le net, les vidéos et la télé.
Sans compter les plus riches qu'elle qui attirent en masse, jeunes amateurs de crucifix, kippas et voiles.

Mais, somme toute très fière d'être laïque et publique, elle ne se laissera pas abattre et sera fidèle au poste.

Son marathon quotidien débute dans 48 heures et s'achèvera fin juin, marathon avec une laisse de plus en plus courte. Bonne rentrée à l'école publique !

Article original ici :
http://www.rue89.com/blog-de-lecrivain-mouloud-akkouche/2009/09/01/ecole-fidele-au-poste-elle-ne-nous-laisse-pas-tomber

Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Société
commenter cet article

commentaires

polikarpov 04/09/2009 08:29

Rien à rajouter.