Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 23:40
Alors, continuerais-je à dormir ?
Mais comment trouver le sommeil dans ces conditions, quand quelque chose me disait que cela allait recommencer ?
Fallait-il encore attendre ?
Quand j'y repense, c'est cette prémonition et la décision que je pris alors qui nous a permis d'être sauvés, ma très chère petite soeur et moi.
Je me dépêchai vers elle à quatre pattes pour la réveiller. Elle dormait si profondément que si l'événement s'était présenté à ce moment-là, elle en aurait été l'une des victimes.
Je lui dis à l'oreille, à voix basse :
- Lève-toi ! Lève-toi !
- Qu'est-ce qui se passe ? me répondit-elle.

- Nous n'avons pas le temps, je t'expliquerai plus tard.
A peine étio
ns-nous sortis dans un calme total, un bruit de tonnerre se fit entendre.
D'où venait-il ? me demandai-je.
C'était trop tard pour ceux qui dormaient.
Les rafales atteignaient tous ceux qui étaient restés couchés.
Cachés dans un bosquet, accroupis, nous regardâmes la scène qui se présentait à nos yeux. Nous étions terrorisés. Ce qui se passait était horrible. Nous ne voyions pas tout, mais ce que nous entendions était insupportable.

Nous ne pouvions rien faire d'autre qu'attendre.
C'est étrange tout de même, nous ne voyions pas ces hommes. Comment avaient-ils débarqué ? Comment étaient-ils habillés ? Avaient-ils la même couleur de peau que nous ?

Toutes ces questions défilaient dans ma tête. J'étais très impatient de découvrir au moins un visage.
Mais au fait, notre chef s'était-il enfui ?
Dans ce cas, qu'est-ce qu'il attendait pour donner l'alerte ? N'avait-il pas entendu ces attaques étrangères ?
Tous ces bruits dans la jungle, cet ennemi qu'on ne voit pas, la peur qui nous avait envahis, cette attente interminable que cela cesse.

Sommes-nous restés cachés longtemps ?
Qui peut dire ce que dure l'attente ?
Des personnes sont venues nous chercher. Nous n'avons pas revu nos parents. On nous a dit qu'ils étaient morts.

On nous a emmenés en pirogue, dans le pays voisin. Là, nous avons été adoptés par une famille Akan. Mais cette tribu considérait les Krous comme des gens violents.
Aussi ne devions-nous pas dire d'où nous venions.
On s'est occupés de nous, on nous a nourris, envoyés à l'école. Aujourd'hui, je suis en quelque sorte devenu moi aussi un Akan.
Je ne comprends toujours pas en quoi nous sommes différents les uns des autres...


(FIN de la nouvelle, tirée du petit recueil "L'attente"
paru grâce au festival On connaît la nouvelle, quand ce festival existait encore.)

Fleuve.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Inclassable
commenter cet article

commentaires

polikarpov 21/01/2010 09:19


C'est souvent comme ça que cela se passe.
Une innocence, des bruits, des formes, des non dits, des impressions, des interprétations, bref la peur et après il reste un accueil, un famille, une école.
C'est simple et tragique mais c'est aussi rempli d'espoir et de résilience.