Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 09:20

En très peu de temps, j'ai appris :


- le décès d'une connaissance, son coeur s'est tout simplement définitivement arrêté, à 57 ans

- le décès du mari d'une collègue, parti en quelques jours, à la 60aine, d'un cancer généralisé non détecté

- le cancer d'une autre collègue, elle a 55 ans

- l'AVC de la maman d'un ami très cher

- la maladie d'alzheimer d'une amie de seulement 57 ans

...

 

Ca fait un peu beaucoup.

 

Prenez soin de vous, riez, la vie est beaucoup plus courte qu'on ne le croit.

 

Profitez de vos proches, dites-leur que vous les aimez.

 

Bien à vous,

 

Polyb.

Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Inclassable
commenter cet article

commentaires

Henri 09/05/2011 21:54



Ce qui nous unit ; dans nos regards, nos révoltes, nos passions et nos combats.


 


La couleur, de la carte ou de la peau, n'y fait rien ; pas plus le dieu qu'on aime, ou le diable qu'on exècre.


 


Ce qui nous unit ;


une fleur au jardin,


un sourire au boulot,


un martinet dans le ciel,


un mot qui fait du bien.


 


Ce qui nous unit, et que parfois on oublie ; c'est la chance que quelqu'un nous ait un jour appris :


La vie est belle !


 


Dans la tristesse et la souffrance, quand la mort s'invite dans nos pensées, je sais que tu ne trouveras pas inconvenant que je répète : la vie est belle !


 


Affectueuses pensées.



Patrick 09/05/2011 12:40



Passé le moment de grande douleur, les gens qu'on aime ne disparaissent pas, ils maintiennent leur présence. On peut leur parler silencieusement.


J'ai 62 ans, donc ne sachant pas le temps qu'il reste, j'essaie de ne pas le perdre. Mis à part ma femme, il ne faut pas qu'on me dise qu'on m'aime (notamment mes enfants) parce que ça
me donne à penser qu'ils ont peur de me voir disparaître et qu'on ne doit pas avoir peur.


Affectueusement pour tes tristesses.


Patrick