Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 18:50
Oui, stupides.

C'est ainsi que je qualifierai les argumentations et autres remarques des sieurs G. Durand, F. Bonnaud, et H. Gattegno, ce mercredi 28 octobre 2009 au soir, lors de l'émission "L'objet du scandale", sur France 2.
Comme quoi on peut être journaliste(s) et sortir de drôles de conneries de bêtises.



Frédéric Bonnaud
. J'aimais pourtant bien ses émissions sur France Inter, et la disparition de ces fins d'après-m' (j'en écoutais un bout en revenant du boulot) m'avait chagrinée. J'y avais découvert plusieurs auteurs (je manque de temps pour aller demander conseil à ma bibliothécaire)... bref, j'aimais bien la Bande à Bonnaud, j'aimais bien Charivari. Eh bien j'ai détesté ce sourire en coin suffisant avec lequel Frédéric Bonnaud a essayé de décrédibiliser deux artistes, en les accusant de ce qu'ils n'avaient pas fait, en déformant leurs propos et en essayant de les faire passer pour deux imbéciles.
Frédéric, raté : c'est toi qui est passé pour un imbécile. Pourtant, je sais bien que tu n'en es pas un. Souffre que je sois fort déçue de ta prestation pitoyable.

Hervé Gattegno. Lui, je ne le connaissais pas, et ma foi, je ne suis pas pressée de le connaître mieux. Suffisant, monsieur "J'me la pète avec mon curriculum vitae de journaliste d'investigation"... Eh bien ' va falloir que tu revoies un peu les bases de ton boulot, parce que d'investigation tu n'as que le nom. Dans la police tu ferais figure de rigolus malus. A une autre époque, tu aurais fait un fort joli traître, passant au miroir déformant les propos les plus simples, pour les transformer en motifs d'accusations directes. Aurais-tu, dans une autre vie, participé à la chasse aux sorcières contre des femmes qui n'avaient rien fait de mal ? Tu as l'air si fort en transformations mensongères ! Toi, tu n'es pas passé pour un imbécile, mais pour un manipulateur, même si ce que tu disais était stupéfiant de bêtise. Bravo, ton image est parfaitement en accord avec la société beurk dans laquelle on voudrait nous faire évoluer. Rassure-moi, proche de Montebourg tu es, mais pas de gauche ? Si tu es de gauche, tu participes à la dégringolade des valeurs, sois-en sûr.

Guillaume Durand. Alors lui... à part couper la parole, il ne fait pas grand chose. Je passe, je vais devenir désagréable. Je nous croyais à l'abri de ses émissions, je le croyais retraité... Raté. Ce que je ne peux taire, par contre, c'est qu'il méprise ses invités. Ou alors il en a peur. Car ils étaient deux, alors qu'ils auraient dû être quatre. Mais je reviendrai là-dessus un peu plus bas.

Quelle idée j'ai eu de prendre l'écouteur, ce soir-là ?
Mon doux compagnon allume volontiers l'écran quelques minutes avant de dormir, histoire de. Là, pour ne pas déranger, il avait mis le casque. Je lui en ai piqué la moitié. Peut-être n'aurais-je pas dû... Tant pis.
J'ai passé une mauvaise soirée, mais assurément, les invités en ont passé une bien pire.

Mais qui étaient les invités, Polyb ?
Simplement deux gars qui ont OSÉ s'intéresser à cet incroyable événement du 11 septembre 2001.
Matthieu Kassovitz et Jean-Marie Bigard.

Je sens déjà les remarques, chers lecteurs.
Jean-Marie Bigard. Certes, il ne fait pas partie des artistes que j'apprécie. A vrai dire, je ne m'intéresse pas à ses sketches.
Mais dans le cas présent, ce n'est pas son métier qui m'intéresse, mais bien le fait qu'il exprime des idées, qu'il pose un débat. Et quoi qu'on pense de lui au niveau professionnel, j'apprécie la démarche.

Matthieu Kassovitz a davantage ma sympathie en tant qu'acteur et réalisateur.
Mais encore une fois là n'est pas la question.

Dans ce débat, je les trouve, lui et Bigard, tout à fait sensés, pas extrémistes pour deux sous, ils se contentent, en fait, de poser des questions, et de demander des réponses. Quoi de choquant là dedans ?

Mais le sujet dérange... plus qu'on ne croit.
Nous sommes revenus au temps bien triste où certains dogmes ne pouvaient être remis en cause, sous peine de tribunal... dans le meilleur des cas.

A l'origine, le débat devait se tenir entre deux groupes de 4 personnes.
Kassovitz et Bigard devaient en effet être accompagnés d'un grand reporter français, Eric Laurent, et d'un scientifique danois, Niels Harrit.
Finalement, seuls les artistes seront reçus : plus faciles à "casser" ?

On ne veut pas que des gens convaincants puissent s'exprimer contre la "parole divine" de la commission d'enquête de Bush ?

Car voici le dogme :
Le 11 septembre, deux avions percutent des tours à New-York, et cela les fait s'effondrer toutes les deux.
Quelques minutes plus tard, un autre avion entre dans le bâtiment du Pentagone, tuant sur le coup tous ses passagers.
Des caméras filmant le Pentagone, on publie 5 images, on n'y voit pas d'avion.

Quelques points qui interrogent :

Tout ce qui a été filmé par les caméras autour du Pentagone, en dehors des 5 IMAGES dont je parle ci-dessus, est "classified' par le FBI.
De la 3ème tour, celle des archives de la CIA, effondrée de la même façon que les deux premières, plusieurs heures plus tard, on ne parle pas.
Des avis des pompiers, des témoignages et vidéos évoquant des détonations dans les tours, on ne parle pas.
Des explosifs retrouvés dans les poussières des 3 tours, on ne parle pas.
De beaucoup de points obscurs en fait, on ne parle pas.

Je ne reprends pas tout, ce n'est pas le but ici.
Je ne souhaite pas entrer dans le débat du vrai ou faux, du tronqué ou pas, etc...

Ce qui me choque, c'est que deux types qui demandent qu'une enquête rigoureuse soit menée se fassent descendre en flèche par la boboserie journalistique. Quel est le problème ? Les journalistes ont-ils honte de ne pas avoir posé ces questions eux-mêmes ? Est-ce tant demander, sachant qu'il y a eu près de 3000 morts officiels ce jour-là ? Les familles ne méritent-elles pas de comprendre ce qui est arrivé ?
Et surtout : n'a-t-on plus le droit de se poser des questions ???

Dans l'émission de G. Durand, ils étaient donc trois journalistes à déformer les propos des invités, à essayer de les dé-crédibiliser, en reprenant des thèses de complot, de missile, etc... alors même que dans la bouche de Kassovitz et Bigard il n'a jamais été question de cela. Tous deux ne cessent de dire qu'ils ne savent pas ce qui s'est passé, mais que la seule enquête officielle menée sur le sujet ne les convainc pas.

Car voilà bien où le bât blesse :
On accuse ces deux hommes de monter un scénario, alors qu'ils ne le font pas.
Ils se contentent de pointer dans l'enquête (menée à l'époque de l'administration Bush) toutes les incohérences, tous les manques de rigueur, tout ce qui "cloche", afin de prouver qu'une seconde enquête, plus sérieuse celle-là, mérite d'être ouverte.
En échange, des hommes dont il devrait être le métier de se poser des questions, de vérifier et re-vérifier leurs sources, ces hommes-là perdent leur énergie à essayer de les faire taire... C'est pas joli-joli.

En fin d'émission, Durand a (enfin ?) clôturé ce pitoyable faux débat en expliquant : (je ne cite que de tête, vous pardonnerez mon approximation) "Vous comprenez, ce qui nous gêne, c'est que vos questions sont également celles de types d'extrême-droite, d'antisémites..."

Alors voyons... si moi, je dis ouvertement que je voudrais que la France ne soit jamais passée à l'euro, et qu'il se trouve que De Villiers dit comme moi, cela signifie-t-il que je suis villiériste ?

Qu'est-ce que c'est que ce raccourci lamentable ?

Pour mieux appréhender mon courroux, il faut savoir que cette émission n'était pas la première où on avait demandé à Matthieu Kassovitz de s'exprimer sur le sujet. Alors qu'il s'était contenté d'exprimer ses questionnements et de souhaiter l'ouverture d'une seconde enquête, des journalistes bien intentionnés l'avaient alors traité de révisionniste, de négationniste
des horreurs de la seconde guerre mondiale, de Faurisson ... !! La famille de cet homme ayant été déportée, je trouve le procédé absolument ignoble.

Pour tout dire nous avons assisté, ce mercredi soir, à un procès à charge, où l'accusation (les journalistes) assaillaient les invités (accusés ?) de propos tellement stupides et contraires à la réalité que c'en était consternant. Kassovitz ne savait plus quels mots utiliser pour faire comprendre son propos ! Il a d'ailleurs par moments baissé les bras, comprenant, je suppose, qu'il était tout simplement tombé dans un guet-apens en acceptant de venir dans cette émission.
Car je pense que Bonnaud, Gattegno et Durand comprenaient très bien, mais qu'ils n'étaient pas là pour comprendre, pour discuter, mais pour démonter.
Comme s'ils étaient revenus en normale sup', devant à tout prix contredire leur adversaire et le laminer quels que soient ses propos...
Combien ont-ils touché, chacun, pour laisser à ce point leurs valeurs éthiques de côté ? Une belle somme, j'espère. Comme dirait François Morel, ce soir-là, les trois journalistes se sont Eric-bessonnés.

(voir : http://www.dailymotion.com/video/xatnvs_eric-bessonnait_fun )


Pour en savoir plus, ce petit reportage de La Télé Libre, qui mérite d'être regardé :


Ainsi que cette interview de Bigard. A l'époque, il croit encore qu'ils seront 4 à défendre l'ouverture d'une 2nde enquête... les invitations des deux autres ayant été annulées très près de la date de l'émission :


11 Septembre: Bigard et Kassovitz ouvrent le débat sur Fr2

Enfin, pour vous permettre de mieux cerner l'incroyable honnêteté intellectuelle de Guillaume Durand dans cette émission (... pardon je m'étouffe !), voici un petit régal de déformation des propos :

Ici, il interviewe Stéphane Guillon, agrémentant les propos d'une petite musique digne d'un drame télévisé (pfff), et inscrivant sur l'écran des citations de Guillon tout à fait déformées : du grand art dans la BEURKerie, je vous laisse juger.

 
... édifiant, non ?

Enfin, le faux débat de l'émission "L'objet du scandale" :

Bien à vous,

Polyb.

  
  

Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Société
commenter cet article

commentaires

polikarpov 31/10/2009 13:48


J'avais fait un super commentaire...Il a fait pshittttt !
J'en ai marre !
J'avais disserté sur les lobbies militaro industriels....Tant pis !
Tien je te mets en lien une vidéo...tu vas comprendre.
http://www.youtube.com/watch?v=IUsXFf2v4j4


polikarpov 31/10/2009 11:04


Pour le reste, Durand (qui devrait plutôt s'appeler Dupond la joie...) les deux journalistes, tout ça, leurs egos.... Ils sont vraiment nuls.


poliakrpov 31/10/2009 11:02








voice 31/10/2009 07:52


Je ne dirais qu'un mot : Génial !!! du super bon boulot, merci.


polikarpov 30/10/2009 20:43


AHHHH! Enfin ! Tu attaques fort !
Je le garde pour demain. Bonne nuit.