Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • Polyborus
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres.
Valeurs fortes :
Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.
  • Citoyenne intéressée par la politique, la musique, et le dessin... entre autres. Valeurs fortes : Loyauté, confiance, honnêteté, solidarité, ... et même, services publics.

 



Il y a    personne(s) sur ce blog.

Recherche

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 23:05

Chez toi, l'accueil.
Et puis la bonne humeur.
Et puis la surprise aussi, quand tu découvres qui je suis.
Et puis les bouteilles d'air pur, les tuyaux qui jonchent le sol et sur lesquels nous ne devons pas marcher, bien sûr.
Ces tuyaux dont la longueur te permet de te déplacer sans avoir à trimbaler l'oxygène en plus.
Comme si marcher n'était pas, déjà, assez fatigant.
Mais ces tuyaux, quand toi, notre ami, tu respires, on les oublie.
Parce qu'on t'écoute pour ce que tu dis, parce qu'on te regarde rire pour ce qui est drôle, te concentrer pour ce qui le nécessite, te fâcher pour ce qui, vraiment, t'est insupportable.
C'est toujours la sincérité qui t'emporte et qui l'emporte sur le reste.
On te découvre sans te découvrir, on devine sans tout cerner, on se doute au fil des discussions, des mails, des gestes d'amitié et des messages demandant des nouvelles...
Une vie trop courte et complexe, difficile, et pourtant ce qui émane de toi, c'est avant tout de l'humanité. Beaucoup d'humanité. Tant d'humanité que tu en débordes.
Même quand tu n'as rien, tu donnes tout à ceux qui ont encore moins.
C'est peut-être pour ça que les amis sont restés. Parce qu'on peut te prendre comme tu es. Parce que tes qualités sont si grandes qu'il est plus facile d'accepter tes défauts.
Yves Pasco.
C'est toi qui a rebondi sur une remarque anodine pour nous transformer en Zatstrouffs.
"Qu'est-ce que tu viens de dire là ? Comment tu l'écris ?"
Nous en avons ri, nous trouvions cela très compliqué, et pourtant... c'est resté.
Par défaut, ou par affection pour ce terme qui, finalement, nous définit bien.
Toi qui fait figure de patriarche, et nous, électrons libres, nous sommes des Zatstrouffards.
Haut les coeurs, et poing levé, chacun à notre façon.
Prêts à défendre ce en quoi nous croyons, prêts à résister contre l'insupportable.
Complexes, entiers, humains.
Lundi matin, tu n'as pas cessé de lutter. Tu t'es mis au repos. Sachant sûrement que nous étions derrière toi.
Nous sommes là. 
Bien à toi,
Polyb.

 

Les obsèques d'Yves auront lieu le vendredi 27 août.

Rendez-vous est donné à 9h30 au funérarium d'Olivet.

Il sera ensuite incinéré au crématorium de Saran.

Voir l'article de Mourad Guichard sur LibéOrléans :

http://www.libeorleans.fr/libe/2010/08/yves-pasco-sen-est-all%C3%A9.html#comments

 

 

A la publication de ce billet pour toi, Yves, je réalise...

Tu es depuis le début mon seul abonné aux publications.

Je vais cliquer sur publier.

On va me dire que tu en as été averti.

J'espère que c'est vrai, mais...

Tu en rirais aux éclats, à n'en pas douter.

Coquin de sort qui, longtemps probablement, me laissera un goût embué et salé à la publication de mes rares notes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Polyborus - dans Mauvaise nouvelle
commenter cet article

commentaires

Astringues 27/08/2010 08:59



@ Polyb : pas besoin d'être abonné pour suivre tes publications, les flux RSS m'informent en temps réel de ce que tu écris ;-)


Pour ma part, la seule abonnée à mon blog est... Circé : j'espère que cela ne lui portera pas malheur !



Tryphon 26/08/2010 21:38



A tous les trois (et quelques autres si ça s'trouve) :


soyez sûrs que demain mes pensées seront proches des vôtres.


Mais la vraie proximité sera d'agir à la hauteur de ce qu'ensemble vous avez  initié.


Je compte sur vous pour souvent le rappeler.


Bises


Henri



Bodard 26/08/2010 12:46



Avec la disparition de Yves et toute l'émotion teintée de frustrations qui l'accompagnent,je prends conscience qu'il faut profiter de ceux qui content/comptent, vivants alors j'espère que
cette  farandole que l'on avait formée parce que je suis un entêté et que j'avais bien senti à nous lire que nous avions en commun cette même volonté de ne pas "taire"  qui a pris forme
humaine lors cette soirée chez Yves ne restera pas sans lendemains.


Je me sens orphelin et je ne sais pas si j'arriverai à combler ce vide assourdissant qu'il va laisser notamment sur le site de libéorléans qui était un peu sa maison...et pour preuve qu'il était
une personne de grande valeur,il y a même laissé entrer des gens peu fréquentables.


Nous avons perdu un des notres mais en même temps nous agrandissons le cercle sur l'espoir car dans son ombre,je découvre  à la lecture des témoignages et des hommages les  autres
"enfants et les frères" d'Yves Pasco.


Salut l'enchanteur!!!!


Merci Stéphanie!


Yves Bodard ( j'ai du mal à assumer mon prénom,c'est étrange)



Circé 26/08/2010 07:28



Stephanie,


Oui, chacun-e à notre manière, nous retraçons Yves, etchacun endonne une version qui fait que bout à bout c'est sa personnalité.


je t'embrasse